Home » Amerique Latine » Vipa quoi? Vous avez dit Vipassana?
Vipa quoi? Vous avez dit Vipassana?

Vipa quoi? Vous avez dit Vipassana?

Vipassana, cours Vipassana… Depuis plusieurs années j’en entends de plus en plus parler, certains proches l’ont essayé, je les écoute avec curiosité et appréhension, sans me sentir vraiment concernée… Et puis là, en ce mois d’août introspectif où l’exploration intérieure semble être le fil conducteur du moment, je décide de m’y inscrire, une retraite commence justement près de Cusco entre le 20 et le 31 août… Voici mon témoignage sur cette expérience unique:
11 jours. 11 jours dans un magnifique centre de méditation en plein cœur de la Vallée Sacrée. Sur ces 11 jours, 10 se passent en silence total, alors que nous sommes 90 participants venus des quatre coins de la planète. Hommes et femmes sommes complètement séparés: 12 heures de méditation par jour… Lever tous les matins à 4:00, coucher à 21:00, ouh… Tant de chiffres, tant d’épreuves…
Pendant notre temps libre (il y en a peu…), nous n’avons pas le droit de lire, pas le droit d’écrire, pas le droit de regarder internet, ni de bavarder avec nos compagnes, ni d’échanger des regards complices, pas le droit de fumer, pas le droit de sortir du domaine, ouh, tant d’interdictions, tant d’épreuves encore… Chacun de nous a signé une charte s’engageant sur tous ces points, c’est pour éviter toute distraction, le but étant de se centrer sur notre mental, d’épurer, d’ancrer cette méthode de méditation existant depuis 2500 ans, développée par le Bouddha, oubliée et revenue à la mode dans sa plus pure version depuis une trentaine d’années grâce au maître Goenka, et proposée aujourd’hui dans le monde entier. C’est une méthode laïque, ouverte à tous, chacun peut s’y inscrire, toutes religions confondues.

Pour les nouveaux, on nous a prévenu, ce ne sera pas facile tous les jours. Je tiens bon, jusqu’au quatrieme jour… Là je commence à sacrément saturer: maux de tête, impatience, obsessions mentales, mon cerveau tourne en rond, faute de distraction, faute d’alimentation externe. Je m’accroche, tout s’apaise, je continue… Le septieme jour, mon corps commence à ressentir des soubresauts, comme des petites décharges électriques, il s’ennuie, mes membres me font mal, genoux, hanches, dos, tant d’heures assise les jambes croisées, tout en moi crie l’absurdité de la situation. De plus, j’ai envie de rire, de chanter sous la douche, de courir, de prendre les gens dans mes bras, mon côté vital s’exaspère!!! Par contre… curieusement, la parole ne me manque pas, j’apprécie le silence comme un délicieux dessert que je savoure tranquillement, sans empressement, avec un plaisir et une délectation infinie… Non, ce qui me manque, c’est l’interaction avec les autres, avec la vie même…
Heureusement une nourriture végétarienne absolument exquise vient ponctuer nos cycles de méditation, et la beauté du lieu et des montagnes environnantes suffisent à satisfaire mes moments de temps libre et de repos.
Et dedans, et bien ça avance, ça remue, ça grandit. J’expérimente l’art de l’auto-observation, de l’équanimité, du détachement. J’entr’aperçois de nouveaux aspects de ma personne qui me surprennent autant qu’ils me plaisent. Je passe d’un état à l’autre sans préavis: j’alterne sentiment d’extase et de béatitude avec celui bien connu d’irritation et d’intolérance… Et oui, on reste humain non?
José, mon meilleur ami, s’amusait un jour à résumer un cours de Vipassana en ces mots:
- c’est un peu comme une psychothérapie express!
Il n’a pas tord, en passant nos journées centrés sur notre mental, on repère vite nos propres obsessions, nos faiblesses et petits arrangements avec notre conscience, mais on découvre aussi nos forces et nos vertus les plus cachées…
Je ressors de ce cours loin de l’état de yogi auquel je m’attendais, mais avec une soif de vie précieuse et contagieuse. Je me sens fière d’avoir réussi sans faillir, ma détermination en poche, je me sens prête pour repartir pour de nouvelles aventures, ponctuées cette fois-ci par au moins une heure de méditation par jour… Hum, enfin, ça tiendra ce que ça tiendra!

imageSalle de méditation

imagema chambre dortoir!

imagedernier jour, on peut enfin parler

imageEt rire…

wordpress