Home » Amerique Latine » In the mood for Quito
In the mood for Quito

In the mood for Quito

Premier contact avec Quito: des larmes. À peine arrivée on m’apprend la mort brutale d’une amie très proche de Barcelone. Je passe 12 jours entre l’état d’apathie et les sanglots… Deuxième contact avec Quito: la grisaille, je passe mon temps à être sous la pluie, à avoir le mal de l’altitude, des étourdissements, des maux de tête. Troisième contact avec Quito: la pollution, je tousse, je subis les gros embouteillages, les klaxons, l’indifférence des taxis… Et pourtant, j’aime rapidement Quito. Cette grande saucisse lovée au milieu des montagnes et des volcans a une identité qui lui est propre, elle m’interpelle, m’interloque, me surprend… J’ai envie de la décrypter, de la sentir, la ressentir. À la fois énergique et poétique, Quito attire des gens des quatre coins du monde, ville cosmopolite et culturelle, ses habitants – les “quiteños”- sont adorables et aiment leur ville avec passion. Ils trouvent le temps pour me montrer ses recoins les plus secrets, me faire respirer cette belle atmosphere qui la rend unique: Un mélange subtil de dynamisme et de mélancolie, de modernité et de traditions. Alors peu à peu, malgré la douleur et les maux de tout genre, je suis happée par Quito et sa lumière aux milles tonalités… Je m’émerveille devant les œuvres de Guayasamin, grand artiste équatorien mort à la fin du 20ème siècle. Il aime Quito et peint plus de 30 tableaux de sa ville, en fonction de ses humeurs, elle est tour à tour douce, menaçante, rougeoyante, toujours attachante… Le grand centre historique de Quito est le premier de l’histoire à faire partie du Patrimoine culturel de l’UNESCO, son style colonial est remarquablement préservé tout en restant vibrant, authentique… Aucune prétention, les locaux aiment s’y promener et ses boutiques et restaurants ont gardé leur identité, leur réalité. Enfin j’ai la grande chance d’être bien logée, chez des amies d’ami: d’abord chez l’adorable et généreuse Moana, une française vivant en Équateur depuis plus de 35 ans, sa bonne humeur et sa belle énergie déteignent sur moi malgré mon grand chagrin. Puis chez la pétillante Krupskaïa, équatorienne de mon âge, nous sommes le jour et la nuit mais une belle complicité nous unie. Merci à vous deux pour votre accueil chaleureux, votre patience à mon égard, votre enthousiasme! Je décide donc de faire de cette ville mon QG, je m’y échappe pour visiter l’Equateur et j’y reviens, toujours ravie, je m’y sens un peu chez moi, grâce à ceux qui m’ont ouvert leur portes et leur cœur, ceux qui m’ont emmenée en vadrouille, m’ont inclue dans leur quotidien, merci :-).

QuitoLes couleurs de Quito

image

image Moana & i

imageKrupskaïa & Paloma

 imageStreet art

imagel’art descend dans la rue grâce aux meilleurs maîtres venus d’Europe

imageGamin

imageLes rues du centre historique

image Cathédrale de los votos

2 comments

  1. Me encanta Béne, leer ese encuentro con Quito y su gente. Te mando un enorme beso

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

wordpress